Historical Weather

Find historical weather by searching for a city, zip code, or airport code. [ lire la suite ]

Donées climatiques

En Europe et au monde (version anglais). [ lire la suite ]

Météo & Savoir

Les travailleurs saisonniers, une population invisible dans les stations de ski

Dans les stations les plus prestigieuses, les saisonniers embauchés pour l’hiver enchaînent les contrats qui se précarisent avec les années et peinent à trouver des logements, qui deviennent toujours plus chers. Le tout sans véritable politique publique en la matière

Il y a une précarisation d’une partie des emplois saisonniers.

Le 20 janvier, dans la luxueuse station de Courchevel dans les Alpes françaises, un incendie, peut-être d’origine criminelle selon les derniers éléments de l’enquête, a ravagé un bâtiment où logeaient des travailleurs saisonniers. Le lourd bilan, deux morts et 17 blessés, a frappé les esprits. Le dernier contrôle du bâtiment incendié «devait certainement dater», a reconnu le sous-préfet d’Albertville, Frédéric Loiseau, lors d’une conférence de presse le 21 janvier. Un drame qui a jeté une lumière crue sur les conditions de logement des saisonniers, main-d’œuvre indispensable au bon fonctionnement de l’économie du ski, mais souvent négligée.

«Il y a un paradoxe. La première personne avec laquelle un touriste va entrer en contact à son arrivée dans une station sera la plupart du temps un travailleur saisonnier. Mais ces derniers composent une population invisible. Il y a quelques années, on disait que les saisonniers et les propriétaires de résidences secondaires n’étaient pas représentés dans les stations. Or, pour les propriétaires de résidences secondaires, cela a changé: pour s’opposer aux taxes de certaines communes sur les résidences secondaires, ils se sont organisés en associations et pèsent davantage dans les processus de décision. Rien n’a changé en revanche pour les saisonniers. [lire la suite]

______________________________________________

Une Suisse étouffante à l’horizon 2060

Plus de 40 degrés dans les villes, des sécheresses prolongées et des hivers presque sans neige: dans une quarantaine d’années, la Suisse pourrait ressembler à un pays méditerranéen. Avec quelles conséquences sur la société, le tourisme alpin et l’environnement?

La disparition des glaciers est un phénomène impressionnant. Le photographe Daniel Schwartz apporte un nouveau témoignage sur leur fonte.
Par Daniel Schwartz/Keystone/VII (photos)

«Aujourd’hui, le mercure a atteint 45° à Genève. Le plateau et les vallées alpines ont connu leur vingtième journée tropicale depuis le début de l’année. La canicule qui règne au Sud des Alpes et en Valais depuis plus d’un mois va encore durer ces prochaines semaines. En raison de la sécheresse persistante, la population est invitée à limiter sa consommation d’eau au strict nécessaire».

C’est à cela que pourrait ressembler un bulletin météo estival aux alentours de l’an 2060. Les prévisions se basent sur les nouveaux scénarios climatiquesLien externe pour la Suisse élaborés par l’Institut fédéral de météorologie et de climatologie et par l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) et présentés à la mi-novembre. «La Suisse deviendra plus chaude et plus sèche», résume Peter Binder, directeur de MétéoSuisse. [lire la suite]