Historical Weather

Find historical weather by searching for a city, zip code, or airport code. [ lire la suite ]

Donées climatiques

En Europe et au monde (version anglais). [ lire la suite ]

Météo & Savoir

Les concentrations d'ozone sont en baisse, mais leur impact sur les forêts reste élevé

Les concentrations d’ozone mesurées dans les forêts européennes sont encore toujours trop élevées. L’ozone n’épargne pas même les régions reculées car les polluants atmosphériques responsables de sa formation sont transportés sur de longues distances. La bonne nouvelle, c'est que les concentrations d'ozone baissent lentement mais sûrement en Europe. Des chercheurs de l'Institut fédéral de recherches WSL présentent les dernières tendances.

Dommages visibles dus à l'ozone sur une feuille d'érable champêtre (Acer campestre). Les points foncés sont des cellules abîmées dont les parois cellulaires ont été oxydées par l'ozone.
Photo: Marcus Schaub (WSL)

Le PIC-Forêts est un réseau européen de sites forestiers consacrés à l'étude des effets des polluants atmosphériques sur les arbres. Depuis 2000, les scientifiques y mesurent les niveaux d'ozone sur 233 sites de recherche dans 18 pays. Ils ont observé une baisse légère mais statistiquement fiable des moyennes estivales. La Suisse méridionale reste cependant l'une des régions d'Europe où les concentrations d'ozone sont les plus élevées; l'Europe du Nord est moins affectée.

Ce polluant atmosphérique agressif cause des dommages visibles aux feuilles et aux aiguilles sur de nombreux sites du PIC-Forêts. Les dommages varient en fonction de l'espèce d'arbre et de la qualité de l'approvisionnement en eau, en lumière et en éléments nutritifs des arbres. Ils peuvent nuire à la croissance et à l'équilibre hydrique des arbres. Ils contribuent ainsi à menacer les forêts et les services qu’elles rendent – fournir de l'air plus propre, des eaux souterraines propres, produire du bois pour la construction et la production d'énergie, protéger contre les risques naturels et préserver la biodiversité. [lire la suite]

______________________________________________

L'été, c'est la saison des tiques

Les tiques sont de petits animaux piqueurs qui se nourrissent du sang de leurs hôtes, ce sont donc des parasites. La piqûre d’une tique saine est inoffensive pour nous. Mais cela peut devenir problématique si la tique est porteuse d’agents pathogènes.

Tique sur la peau. (Image: John Tann/Wikimedia Commons, Licence CC)

En été, nous aimons bien nous promener dans les bois car il y fait plus frais. Malheureusement, c’est également l’habitat des tiques. En nous piquant, ces dernières peuvent transmettre des agents pathogènes. Deux de ces agents pathogènes ont une grande importance en Suisse: une bactérie responsable de la maladie de Lyme (un type de borréliose) et un virus qui déclenche une sorte particulière d’encéphalite. Dans notre pays, 5 à 30 % (50 % par endroits) des tiques sont porteuses de la bactérie (voir la carte plus bas), alors qu’environ 1 % sont infectées par le virus.

Des chercheurs de l’Université de Neuchâtel ont établi récemment que les tiques contaminées par un agent pathogène bactérien survivent mieux aux périodes chaudes et sèches que les tiques non contaminées. C’est pourquoi il est à craindre qu’avec le réchauffement du climat, la fréquence des cas de maladies dues aux piqûres de tiques augmente. [lire la suite]